Un contrat tout étoile !

Apollo 11 LEM on the Moon – Copyright © Chaîne du Québec

 

Quand la NASA a donné l’entreprise son « billet pour la Lune », elle espérait surtout que ces trains d’atterrissage allaient faire décoller l’entreprise ! Ce contrat, le plus prestigieux de la jeune histoire de Héroux, d’une valeur de 340 000 $ (à peu près 2 millions de dollars aujourd’hui), consistait à construire huit pattes télescopiques avec amortisseurs. Ça a l’air simple comme ça, mais comme personne n’avait jamais posé le pied sur la Lune, ses ingénieurs n’avaient aucune idée du sol sur lequel la capsule allait alunir. Mais le défi était passionnant pour refuser !

 

ap11leminspec.jpg__274x161_q85_crop

Apollo 11 LEM Undocks for Landing

En génie, il s’en fait parfois des mandats spéciaux comme ça. Des projets souvent secrets, parce que très stratégiques. Mais quand un ingénieur est plongé au quotidien dans les plans, les tests et l’assemblage, il en oublie l’utilisation finale. Sa seule obsession, c’est la perfection. Mais le soir en se couchant, en faisant le bilan de sa journée, la tête sur l’oreiller, il a parfois des petits « retours sur Terre » : « J’suis vraiment en train de participer à un voyage sur la Lune moi ! ». S’endormir avec ça en tête, c’est troublant… mais tellement stimulant !

Le système d’alunissage du module imaginé et produit par Héroux-Devtek avait des objectifs précis :

  • Immobiliser l’appareil
  • Éviter qu’il ne bascule
  • Absorber l’énergie de l’impact
  • Limiter les chocs sur la structure
  • Offrir une plateforme de lancement solide et stable pour permettre aux astronautes de revenir sur la Terre.

« Sky is the limit »

apollo_11_lunar_module.jpg__274x161_q85_crop

The Ascent Module of the LEM approaches the CSM

Simple en apparence, mais comme le travail se déroulait presque dans l’inconnu, avec les moyens techniques et les connaissances de l’époque, c’était tout un défi. Et tout ça, dans une atmosphère de Guerre Froide avec l’URSS ! Gagner la course à l’espace, être les premiers à marcher sur la Lune, c’était « L’Objectif Lune » du président John F. Kennedy et dans lequel il avait embarqué le peuple américain. Pas relax comme atmosphère ! Disons que nos ingénieurs et travailleurs vivaient aussi leur « Force G » à eux !!!

Bien sûr, vous connaissez la fin de l’histoire : Héroux-Devtek a livré avec succès les systèmes d’atterrissage pour cette mission historique et cinq autres missions spatiales. Après être entré dans l’Histoire comme ça, elle peut se dire « Sky Is The Limit » !!

La Terre vue de chez Héroux-Devtek

logo-heroux-devtek-2.png__274x161_q85_cropLa renommée acquise par Héroux-Devtek a favorisé son développement exponentiel partout en Amérique du Nord et surtout aux États-Unis. L’entreprise est une « p’tite jeune » de 70 ans d’expérience, reconnue comme un chef de file international en aérospatiale. Quand on travaille chez Héroux-Devtek, quand on connaît la passion de son monde pour le génie, il peut arriver qu’on entende un travailleur se lancer dans un nouveau projet en criant « Jusqu’à l’infini… et plus loin encore ! »

Citation Gilles Labbé, président de Héroux-Devtek

366742-president-chef-direction-heroux-devtek.jpg__274x161_q85_crop

© affaires.lapresse.ca

 

« Nous avons été la première entreprise canadienne à aller sur la Lune. Cela a permis à Héroux de pénétrer plus efficacement l’industrie américaine de l’aviation »