Le génie est dans la méthode

La mécanique t’intéresse, mais plus par ses aspects pratiques et physiques ? Tu aimes les choses concrètes davantage que les idées et les calculs ? Tu devrais penser à devenir technologue ou technicien en génie mécanique, ou encore agent de méthodes ! Tu travaillerais à fournir des services techniques en conception, en élaboration, en entretien et en mise à l’essai de différentes composantes (machines, pièces, outils, etc.).
Comme technologues, tu conçois et interprètes des plans (dessins et devis techniques), tu estimes les coûts, les matériaux, les échéanciers et tu prépares les rapports de suivi. Comme technicien, tu assistes les ingénieurs et les technologues en génie mécanique dans un ensemble de tâches (analyses, plans, essais, conception des moules, installation, réparation et entretien).
Patrick Lavallée, technicien de méthodes chez Héroux-Devtek, entrevoit un bel avenir pour son métier : « Nous devons nous adapter et intégrer des technologies toujours plus avancées, tant pour les logiciels que pour la machinerie. »
Pour te présenter le métier d’agent de méthodes, voici comment Philippe Pellerin, qui occupe ce poste chez L-3 MAS, décrit son quotidien : « Je soutiens les gens de la production dans la compréhension des méthodologies d’assemblage et je rédige des instructions de travail en 3D pour que les employés puissent assembler efficacement les différents composants sur le plancher. Je travaille évidemment en étroite collaboration avec le service d’ingénierie pour l’approbation des différents dessins d’assemblage et les dessins détaillés. Chaque semaine, je participe à des rencontres d’équipe (achats, planification, programmes) pour assurer un bon suivi de l’avancement des travaux pour les différents projets en cours. »

Scolarité

dsc_0401-mod.jpg__274x161_q85_crop

Philippe Pellerin – Crédits L-3 MAS

Pour devenir technologue en génie mécanique, un diplôme d’études collégiales de deux ou trois ans en technologie du génie mécanique est habituellement exigé, alors que le même DEC de un ou deux ans est exigé pour les techniciens. Ensuite, une accréditation provinciale est nécessaire et, au Québec, l’appartenance à l’organisme de réglementation est exigée pour utiliser le titre de technologue professionnel.

« Après ma cinquième secondaire, je suis allé à l’École nationale d’aérotechnique à St-Hubert où j’ai obtenu mon diplôme d’études collégiales en construction aéronautique. » – Philippe Pellerin, agent de méthodes chez L-3 MAS

Voir toutes les formations