Un avenir sur mesure !

Si tu as déjà assemblé un avion-jouet qui contenait quelques dizaines de petites pièces, imagine combien il en faut, et de quelle taille, pour assembler un avion de ligne ! Le quotidien des machinistes et des vérificateurs d’usinage et d’outillage en aérospatiale n’a rien de routinier. Ces travailleurs essentiels au bon fonctionnement des aéronefs, à leur fiabilité et à leur sécurité sont à la fois maniaques de précision et très créatifs. Avec une maîtrise totale de leurs machines et outils qui taillent et meulent le métal, le plastique ou d’autres matériaux, ils créent des formes uniques et précises. Avec le temps et l’expérience, les meilleurs machinistes peuvent devenir vérificateurs d’usinage et d’outillage. Alors, ils vérifient les pièces usinées afin d’assurer le maintien des normes de qualité et cherchent les meilleures façons de faire évoluer les pratiques.

« Il faut s’adapter aux technologies qui évoluent sans cesse et être super minutieux. Il faut savoir que les tolérances dimensionnelles de notre industrie atteignent parfois 0,0025 millimètre. C’est pas gros, ça ! » témoigne Benoit Bertin, machiniste aux commandes numériques chez Messier-Bugatti-Dowty.

En aérospatiale, ces experts doivent aussi avoir une connaissance des matériaux exotiques, des composés et des alliages. Une lecture parfaite des dessins techniques, des plans et des spécifications techniques est essentielle, tout comme l’utilisation des instruments de contrôle de la qualité, souvent très sophistiqués.

Formation nécessaire

Si tu envisages le métier de machiniste, un diplôme d’études professionnelles (DEP) en techniques d’usinage est exigé et l’expérience sur le terrain est primordiale. Plusieurs formations sont offertes pour diversifier tes compétences, comme une attestation de spécialisation professionnelle (ASP) en usinage sur machines-outils à commande numérique (MOCN), une ASP en matriçage ou outillage et des cours pour apprendre certains logiciels. Les machinistes qualifiés peuvent obtenir le Sceau rouge, ce qui les classe au sommet de la profession et leur confère une grande mobilité de travail.

Pour devenir vérificateur d’usinage et d’outillage, en plus des formations de base, plusieurs années d’expérience comme machiniste, outilleur-ajusteur ou opérateur de machines-outils sont souvent exigées.

Voir toutes les formations